Club des ornithologues de Longueuil

Sommaire saisonnier

Hiver du 1 décembre 2020 au 28 février 2021

André Desrochers, Regroupement QuébecOiseaux


Table des matières

Avant-propos

Fondé en 1981, QuébecOiseaux est un organisme à but non lucratif qui regroupe et représente les individus et les organismes ayant un intérêt pour l’ornithologie au Québec. Les objectifs de l’organisme sont de favoriser le développement du loisir ornithologique, de promouvoir l’étude des oiseaux et de veiller à la conservation des oiseaux et de leurs habitats.

ÉPOQ est une base de données gerée par QuébecOiseaux. Créée par l’ornithologue-visionnaire Jacques Larivée en 1975, cette initiative visait à compiler en format numérique toutes les mentions, historiques et récentes, des oiseaux du Québec. Dans les années qui suivirent, les ornithologues du Québec ont rapidement adopté le réflexe de remplir, au terme de leur excursion, un feuillet d’observations ÉPOQ. Ces feuillets contenaient la liste des quelque 300 espèces d’oiseaux du Québec et on pouvait y indiquer la localité de l’excursion, la date, les heures de début et de fin de l’excursion et bien sûr la liste des espèces observées, avec les estimations de leurs nombres. Ces feuillets étaient fourmis gratuitement par les clubs. ÉPOQ et sa fidèle communauté de contributeurs furent un phénomène unique au monde, qui a inspiré nos voisins du Sud dans la création d’eBird. ÉPOQ a cédé sa place à eBird en 2016. À sa fermeture, la base de données ÉPOQ contenait 10 025 915 mentions d’espèces d’oiseaux au Québec. En 2019, toutes les mentions d’ÉPOQ ont été transférées dans eBird.

eBird se décrit comme un projet de base de données élaboré par le Cornell Lab of Ornithology et la National Audubon Society. Il offre un moyen simple d’assurer le suivi des oiseaux observés partout dans le monde. Une des raisons de la popularité d’eBird est qu’il analyse les données personnelles de chaque observateur, par localité ou par période de temps. Les observateurs peuvent aussi télécharger leurs observations personnelles. Les observateurs peuvent également accéder, à travers une interface graphique conviviale, à toute l’information antérieure intégrée à la base de données afin de découvrir ce que d’autres observateurs ont signalé sur la planète. Cependant, eBird retient les mentions d’espèces jugées “sensibles” par l’organisation (Cornell lab of Ornithology). L’idée est de réduire le risque d’atteinte à ces espèces par les braconniers et contrebandiers. Au Québec, eBird juge que le Faucon gerfaut, la Chouette épervière et la Chouette lapone sont “sensibles”. Les sommaires présentés ici incluent néanmoins des informations générales sur ces espèces.

Quelques détails sur les données

Pour comprendre les analyses présentées dans ce rapport, voyons quelques notions de base avec les données eBird. Ces données sont disponibles sur demande et après l’autorisation des responsables (ici, le Regroupement QuébecOiseaux). Elles prennent la forme d’un fichier en format texte (lisible dans à peu près toutes les applications de traitement de texte ou d’analyse). Chaque colonne donne une information précise (Espèce, date, nombre, etc.) et chaque ligne rapporte une mention précise. Le fichier en question (base de données eBird) est mis à jour chaque année à la fin des mois suivants: février, mai, août, novembre. Tout ajout, suppression ou toute modification de liste subséquente à la dernière mise à jour sera ignorée dans ce rapport.

Dans le cas des listes partagées, l’ajout d’une personne crée une copie (clone) de la liste avec son propre numéro de série: c’est le numéro commençant par “S” qu’on voit dans le lien URL quand vous consultez une liste sur votre fureteur. Les différents observateurs peuvent modifier leur copie de la liste à leur guise (par exemple, supprimer une espèce s’ils ne l’ont pas vue contrairement à d’autres personnes du groupe). Cette flexibilité entraîne un problème: des doublons, qui sont éliminés en ne retenant qu’une seule mention de chaque espèce cumulée dans les listes partagées. Notez que les doublons, ce n’est pas juste un artéfact d’eBird, mais aussi une réalité terrain. Les “doublons” existeront toujours du fait que souvent de nombreux observateurs sont au même endroit au même moment, sans partager leurs listes eBird. Cette réalité est prise en compte avec les données d’effort d’observation.

Aussi, depuis le printemps 2018, eBird ne fournit plus les noms des observateurs, dans sa base de donnée exportable. Les observateurs ne sont désormais identifiés que par un numéro de série. Sachant que les rapports ne seraient pas aussi intéressants sans l’aspect personnel, un tableau d’équivalence liant chaque observateur à son ID est mis à jour à chaque saison.

Au terme de la période considérée dans ce rapport, la base de données combinée ÉPOQ/eBird contenait 55 531 listes totalisant 706 628 mentions pour la région considérée.1

Comment lire et partager ce rapport

Le rapport est regroupé en 3 grandes sections: Avant-propos, Observation et Oiseaux. La première met la table, la seconde résume l’effort d’observation et la dernière résume l’objet de toutes ces énergies, les Oiseaux.Les différents tableaux sont maintenant plus facilement accessibles sous forme de différents onglets cliquables. Les espèces sont triées par ordre phylogénique selon les American Ornithological Societies, à moins d’indication contraire.

Ce rapport peut apparaître trop volumineux pour certains. Plusieurs se plaignent de la longueur de la section commentaires, mais si je l’enlève, d’autres se plaindront de son absence. Je vous suggère de lire ce rapport comme on consulte un atlas ou un dictionnaire : passez outre les sections que vous trouvez longues, et allez là ou vous cherchez des informations. C’est pour cela qu’il y a une table des matières cliquable. Aussi, pour améliorer votre expérience de lecteur/rédacteur, la plupart des tableaux sont téléchargeables, ce qui vous permettra de les ouvrir dans un tableur comme Excel et manipuler l’apparence pour vos fins (tri, filtrage, etc.).

Vous êtes encouragés à partager les sommaires, tableaux et figures présentés, en citant la source telle que présentée à la fin du rapport.

Remerciements

Le présent rapport n’aurait pas été possible sans la contribution des milliers d’ornithologues qui ont pris le temps de partager leurs observations aux quatre coins de la province. De plus, soulignons le travail méticuleux de saisie des données par ces compilateurs d’avant internet, sans lesquels des millions de mentions auraient reposé dans des boîtes, loin des regards des analystes. Ces compilateurs de la première génération oeuvraient pour la plupart au sein de clubs d’ornithologie régionaux qui collectaient les feuillets d’observation par la poste ou par personne interposée. Dorénavant, cette étape intermédiaire de compilation n’existe pratiquement plus, mais le Québec ornithologique bénéficie encore de près d’une trentaine de réviseurs régionaux qui scrute attentivement les mentions inusitées soumises à eBird, assurant ainsi un contrôle de qualité essentiel.

Merci à toutes ces personnes dont la contribution au loisir et à la science ornithologique est inestimable.

Sur ce, bonne lecture!

André Desrochers


Observation

Protocoles

Ce tableau présente les nombres de listes selon différents protocoles d’observation des oiseaux pratiqués durant cette saison dans la zone considérée. Voici un extrait de la documentation eBird (traduction libre) par rapport aux principaux protocoles utilisés:

  • Baguage d’oiseaux - Protocole pour les opérations de baguage afin de signaler les oiseaux capturés ou des relevés complets d’un site combinant des oiseaux capturés et observés. Répondre “non” à la question demandant si vous déclarez toutes les espèces “si vous ne signalez que des oiseaux capturés; répondez” oui "si vous inclure les oiseaux pris au filet et observés. Veuillez lire le protocole complet sur ce lien.

  • Carnet de notes - informations saisie par des compilateurs ÉPOQ à partir de tierces personnes.

  • Communication personnelle - Mentions de tierces personnes qu’on veut ajouter à eBird. Indiquer la source dans les commentaires de la liste.

  • Cris nocturnes - Protocole stationnaire spécialement conçu pour noter les oiseaux migrateurs nocturnes. Cochez “Non” à la question sur “Toutes les espèces signalées”. Plus de détails peuvent être trouvés ici.

  • Emplacement aléatoire - Pour projets scientifiques. Emplacements déterminés par un tirage au hasard de coordonnées ou toute autre approche similaire. L’observateur ne choisit donc pas des sites “propices” mais plutôt des sites représentatifs d’une localité plus grande.

  • En déplacement - Observations effectuées sur une période de temps connue tout en se déplaçant. Vous devriez pouvoir estimer le la distance que vous avez parcourue pendant votre sortie, à pied ou en véhicule. Si vous n’êtes pas sûr de la distance ou de la zone que vous avez parcourue, veuillez saisir votre observation en tant qu’ “informelle”. Voici des exemples de déplacements: parcourir un sentier dans un parc local, conduire un véhicule à vitesse réduite, participer à une excursion en bateau pélagique ou même observer les oiseaux en faisant du jogging dans votre quartier. Champs Date / Effort requis: Date, Heure de début, durée et distance parcourue.

  • Feuillet ÉPOQ - Données issues de feuillets d’observations quotidiennes de l’Étude des Populations d’Oiseaux du Québec (ÉPOQ). Ces feuillets en papier étaient jadis remplis par les observateurs à la fin de leur excursion, et envoyés à leur club régulièrement. On y notait les oiseaux tout comme avec eBird, ainsi que l’heure du début et de la fin de l’excursion, le nom de la localité et les observateurs. Ces feuillets, saisis originalement dans ÉPOQ, ont été transférés à eBird manuellement par les observateurs assidus, et de manière générique (Observateur = ÉPOQ) pour le reste des observateurs.

  • Feuillet WWW - Outil de saisie de listes d’observations par Denis Lepage (Oiseaux Canada) - n’est plus disponible.

  • Feuillet WWW du RQO - Pendant quelques années le regroupement QuébecOiseaux offrait aux observateurs de saisir leurs observations via le site web du regroupement - n’est plus disponible.

  • Historique - L’objectif principal était l’observation des oiseaux, mais l’heure de début, la durée ou la distance n’ont pu être estimés. Ce protocole permet de définir l’heure de début, la durée et la distance, mais aucun n’est requis. Champs Date / Effort requis: Date

  • Informelle - Les observations ne comprennent pas de distance ou de durée.Par exemple un oriole qui passe pendant que vous vérifiez votre courrier, un colibri se nourrissant dans votre jardin pendant vous lavez la vaisselle, une gélinotte au bord de la route pendant que vous vous rendez au travail ou une volée de jaseurs qui survole votre propriété pendant que vous désherbez votre jardin. Champs Date / Effort requis: Date.

  • Mentions de la littérature - Informations saisie par des compilateurs ÉPOQ à partir de tierces personnes.

  • Mentions publiées sur Internet - Mentions de tierces personnes, provenant de sites comme les médias sociaux, qu’on veut ajouter à eBird. Indiquer la source (nom, lien URL, etc.) dans les commentaires de la liste.

  • Pélagique - Protocole spécialisé dans l’observation des oiseaux pélagiques. S’il vous plaît visitez la description complète du protocole (anglais).

  • Stationnaire - Observations effectuées sur une période de temps connue, mais sans aucune distance. Cela ne signifie pas que vous devez rester immobile pendant que vous notez les oiseaux; vous devez juste rester dans une zone environ 30 mètres de diamètre. Des exemples de comptes stationnaires sont: stations d’écoute, dénombrements de rapaces ou de la côte, assis dans votre jardin . Champs Date / Effort requis: Date, heure de début et durée.

  • Superficie précise - Si vous êtes capable d’estimer la taille (hectares) de la zone que vous avez parcourue. La principale mesure de l’effort est la superficie. Les mesures d’effort secondaires sont la durée et la distance parcourue. Voici des exemples: recherche active d’oiseaux reproducteurs ou de canot dans un parc ou un boisé local à travers un marais pour compter les échassiers. Une randonnée ornithologique dans votre quartier ou propriété privée peut être un compte de surface si vous êtes en mesure d’estimer la taille de la zone que vous avez recherchée. Champs Date / Effort requis: Date, heure de début, durée et zone Couvert.

Protocoles eBird utilisés, hiver 2021 ( COL )


Protocole Décembre Janvier Février Saison
En déplacement 483 727 434 1 644
Stationnaire 328 388 349 1 065
Informelle 187 389 277 853
Historique 38 44 26 108
CWC Traveling Count 0 1 0 1
Total 1 036 1 549 1 086 3 671





Par mois

Il est possible que les totaux mensuels diffèrent de ceux du tableau précédent (protocoles). Ceci est dû aux rares occasions où des observateurs partageant une liste modifient le protocole, notamment. À ne pas faire!!! 2

Effort mensuel d’observation, hiver 2021 ( COL )


Mois Listes Partagées Localités Heures Heures
/Liste
Km Mentions Mentions
/Liste
Espèces Observateurs
Décembre 1 036 142 259 1 072.1 1.0 1 784.7 7 467 7.2 96 253
Janvier 1 549 217 470 1 444.8 0.9 2 883.2 10 479 6.8 88 323
Février 1 086 141 344 1 008.2 0.9 1 580.6 7 252 6.7 73 308
Saison 3 671 500 871 3 525.2 1.0 6 248.5 25 198 6.9 109 517





Observateurs

Bienvenue aux 75 nouveaux observateurs et groupes dans notre territoire!

Ce sont: Landra7 _, Stephane Bastarache, Michel Benoit, Marie-Pier Bissonnette, Sylvie Boucher, Ginette Boulay, Stephane Bourassa, Zakia C, Daniel Champagne, Jean Champagne, Anne-Laure Chazeaux, Cindy Chieco, Errol Cote, Sylvain Desilets, Stéphane Désy, Helen Detroie, Hannah Dodington, Claude Doré, Céline Drapeau, Erick Dupuis, QUENTIN ERNOUF, Nicole Fillion, Luc Fortin, Denis Fournier, Charlotte Gagner, Jean-Guy Gagnon, Lionel Gauthier, Shawn Gauvin, Roger Giraldeau, James Grant, Kathleen Hains, anick hebert, Lucie Hébert, Hugo Holdrinet, Diane Jacob, Sophie Jamme, mike jones, Mike Jones, Isabelle Kennedy, Ethan Kistler, Billi Krochuk, Mathieu L’Heureux, Isabelle Labrèche, Benoit lanciault, Annette Languay, Sonia Leclerc, Frédérick Létourneau, Pierre Marchand, Francis Martin, Loisirs ornithologiques Montérégien, Ian Nelson, Karine O., obsr2108236, obsr2195461, obsr2229464, obsr2299846, Marine Oudille-Mondoloni, Deborah Pacheco, Henrique Pacheco, L Pare, Sébastien Partikian, Ethan Ram, Léo Ranellucci-Beauregard, annick raymond, Serge Rioux, Odette Sabourin, Karine Samson, Robert Simard, Peter Simons, Patrice St-Germain, Mary Travis, cynthia tremblay, Diane Trudeau, sylvie vincelette, Erin Wilson


Les personnes qui désirent rester anonymes peuvent signaler leur préférence en communiquant par courriel avec l’auteur de ces rapports. Notez que les noms des observateurs sont précédés de “EPOQ” lorsque leurs observations provenaient de cette base de données. Les observateurs anonymes sont présentés avec leur identifiant unique eBird, ce qui évite que leurs statistiques soient agglomérées. Ces identifiants ne sont d’utilité que pour les gestionnaires de données et respectent l’anonymat.


Contributions des observateurs, hiver 2021 ( COL )
Cliquez sur les en-têtes de colonnes pour trier le tableau. Listes informelles incluses 3


Au total, 517 observateurs ont partagé leurs découvertes cette saison.


Tendances

Voici les tendances dans l’effort d’observation, depuis 1970. Avant 2010, les données proviennent surtout d’ÉPOQ, ce qui rend les comparaisons plus difficiles dans le cas des distances parcourues et des nombres de localités. Les distances parcourues n’étaient pas disponibles avec ÉPOQ. Aussi, les localités étaient enregistrées avec moins de précision, menant à l’enregistrement de moins de localités. La gestion des listes partagées était aussi différente, rendant les nombres d’observateurs plutôt imprécis avant eBird.

Depuis l’arrivée d’eBird on note aussi des tendances dans le comportement des observateurs. Ceux-ci tendent notamment à enregistrer davantage de listes de moindre durée et correspondant à des localités plus précises.

Tendances de de l’effort d’observation depuis 1970, hiver ( COL )
Pour télécharger le graphique, utilisez le menu contextuel (clique-droite en Windows)
et sélectionnez “Enregistrer l’image sous…” ou “Copier l’image”





Par site (carte)

Nombres de listes eBird, hiver 2021 ( COL )

Zoomer pour détails. Glissez la souris sans relâcher le bouton pour déplacer la carte.





Par site (tableau)

Le tableau ci-dessous présente les sites les plus visités, par nombre décroissant du nombre d’heures d’observation. Pour obtenir le tableau complet pour analyse, cliquez le bouton “Télécharger” sous le tableau (disponible avec certains fureteurs seulement, incluant Chrome). Les sites en rouge sont des sites publics ( hotspots dans le lexique d’eBird).

Sites les plus visités, hiver 2021 ( COL )

Un maximum de 1000 sites (les plus achalandés, en heures) sont présentés, mais la totalité des sites est dans la version téléchargeable. Cliquez sur le nom du site pour localiser sur Google Maps. Une nouvelle fenêtre s’ouvrira. Cliquez sur les en-têtes de colonnes pour trier le tableau.






Oiseaux

Sommaire par espèce

Si vous voulez des détails sur les premières et dernières mentions de la saison, ou encore le nombre maximum d’oiseaux observés, cliquez sur les liens correspondants (en bleu), ce qui vous emmènera à la première liste soumise à eBird qui a établi le record pour cette saison. Afin de faciliter la lisibilité du tableau, dans les cas où plusieurs listes sont ex-aequo, seules les premières listes soumises établissant le record pour cette saison sont présentées. L’ensemble des listes produisant les records cette saison est disponible dans les tableaux Arrivées les plus hâtives cette saison et Départs les plus tardifs cette saison. Les nombres de mentions par mois sont présentées entre parenthèses (printemps: mars, avril, mai; été: juin, juillet; automne: août, septembre, octobre, novembre; hiver: décembre, janvier, février)

Les espèces dont le nom est vert ont été observées un nombre exceptionnellement élevé de fois cette année (colonne “Mentions”), celles dont le nom est rouge ont été observées exceptionnellement rarement. Les nombres exceptionnellement élevés ou faibles résultent de plusieurs facteurs, incluant probablement l’abondance réelle de l’espèce, mais aussi d’autres facteurs tels que des changements dans la facilité d’observer l’espèce (p. ex. sites rendus accessibles, ou éliminés) ou encore des changements dans les comportements des observateurs (évolution temporelle de l’aptitude à identifier, de la fréquentation de sites, etc.). Par exemple, une espèce généralement difficile à observer ou très rare a pu se tenir dans un lieu très fréquenté cette saison, rendant son nombre d’observations élevé.

Sommaire des espèces, hiver 2021 ( COL )

Cliquez sur les en-têtes de colonnes pour trier le tableau. “Exceptionnel” = à au moins 2 sigmas (écarts-types) de la moyenne depuis 10 ans à pareille saison Constance = % listes complètes mentionnant l’espèce Abondance = Constance x Nmoy = Total d’oiseaux / Nb de listes complètes (selon le système ÉPOQ) Il est possible que certaines listes aient été révisées ou supprimées depuis la confection de ce rapport.





Espèces rares

Voici les espèces, sous-espèces et formes mentionnées moins d’une fois par 10 000 mentions dans la province ou représentant moins d’une fois par 1000 mentions si le territoire visé est un club. Ces ratios sont calculés à la saison courante, dans les 10 dernières années. Attention - une espèce peut être assez abondante dans une région tout en étant relativement rarement observée (p. ex. Tétras du Canada, Petite Nyctale), ainsi elle apparaîtra dans cette liste. À l’opposé, des espèces charismatiques et très visibles (p. ex. Grande Aigrette), ainsi que des raretés restant longtemps au même site peuvent être absentes de la liste. La « rareté » d’un oiseau est bien subjective. Aucune définition ne fera l’affaire de tous, mais un seuil de pourcentage comme ici est une manière comme une autre de trancher. Quel que soit le seuil choisi, il se trouvera toujours des lecteurs à l’aise avec le choix, et d’autres qui se plaindront!

Afin d’éviter les répétitions et noms de sites multiples, les sites sont regroupés ici avec un seuil de distance de 3 km 4. Seul le site de la première mention est identifié, mais la localité présentée sur Google Maps représente la moyenne des coordonnées d’observations.

Afin de respecter les règles d’eBird, aucun détail n’est présenté sur les espèces jugées “sensibles” par eBird. Au Québec, il s’agit du Faucon gerfaut, de la Chouette épervière et de la Chouette lapone.



Espèces observées rarement, hiver 2021 ( COL )

Les hybrides, les oiseaux identifiés uniquement à leur genre (p. ex. Calidris sp.) ou à d’autres groupes plus larges (famille, ordre,.) ont été exclus. 5


OIE DE ROSS, Anser rossii

  • Le 21 décembre: Fort Chambly, nb. max: 1 . Observateur.s: Raymond Belhumeur

OIE RIEUSE (FLAVIROSTRIS), Anser albifrons flavirostris

  • Du 18 décembre au 31 décembre: Fort Chambly, nb. max: 1 . Observateur.s: Olivier Barden; Andy Plimer; Stephen Homer (Observé 4 journées différentes)

CANARD BRANCHU, Aix sponsa


CANARD SOUCHET, Spatula clypeata

  • Du 1 décembre au 29 décembre: Bassin de Chambly, nb. max: 24 . Observateur.s: Marieta Manolova; Jean Lemoyne; Daniel Jauvin (Observé 4 journées différentes)

SARCELLE D’HIVER, Anas crecca

  • Du 1 décembre au 30 décembre: Fort Chambly, nb. max: 11 . Observateur.s: Philippe Hénault; Gérald Fréchette; André Messier; Olivier Barden; Daniel Jauvin; Pierre Bergeron; Pascale Berthe; Louise Raymond, Serge Riel; Lyne Pelletier; Jean Lemoyne; Jean Côté; Tristan Jobin; Sylvie Martel / Gaétan Giroux; Richard Guillet; Réal Boulet; Samuel Denault; Caroline Tétrault; Louise Falcon; Pauline Binetruy; Louis Lemay; Marieta Manolova; Richard Lafrance (Observé 10 journées différentes)

MACREUSE À AILES BLANCHES, Melanitta deglandi

  • Du 1 décembre au 14 décembre: Bassin de Chambly, nb. max: 3 . Observateur.s: Marieta Manolova; Michel Fournier; Réal Boulet (Observé 3 journées différentes)

MACREUSE À BEC JAUNE, Melanitta americana


HARELDE KAKAWI, Clangula hyemalis


GARROT D’ISLANDE, Bucephala islandica

  • Le 13 décembre et le 14 décembre: Ile Fryer, nb. max: 2 . Observateur.s: Frederic Hareau; Réal Boulet

PERDRIX GRISE, Perdix perdix

  • Le 2 janvier et le 3 janvier: Champs entre Varennes et Verchères, nb. max: 13 . Observateur.s: Gaétan Duquette; Lyne Charron, Martin Bourbeau; Rey Clermont; André Messier, Loisirs ornithologiques Montérégien

GÉLINOTTE HUPPÉE, Bonasa umbellus


GRÈBE À BEC BIGARRÉ, Podilymbus podiceps


FOULQUE D’AMÉRIQUE, Fulica americana


BÉCASSINE DE WILSON, Gallinago delicata


GOÉLAND ARCTIQUE, Larus glaucoides

  • Le 26 décembre: Ateliers, nb. max: 1 . Observateur.s: Olivier Barden

GOÉLAND BOURGMESTRE, Larus hyperboreus


AIGLE ROYAL, Aquila chrysaetos


BUSARD DES MARAIS, Circus hudsonius

  • Du 7 décembre au 3 janvier: Aéroport de St-Hubert, nb. max: 1 . Observateur.s: Richard Guillet; Philippe Hénault; Michel Asselin; Carine Touma; Gilles Ethier; Caroline Tétrault; Jean Crépeau, Sylvie Cournoyer; Daniel Savoie; France de Villers; Réal Boulet, Ghislaine Boulet; Cristina Araya, ismael chavez; Annick Béland (Observé 12 journées différentes)

  • Du 8 décembre au 21 février: Parc de la Commune (cté Marguerite-d’Youville), nb. max: 2 . Observateur.s: Michel Grégoire; Ivar Alberto Delgado, Alexander Cristiano; Richard Lafrance, Mario Pelletier; Jean Crépeau, Sylvie Cournoyer; Jean Crépeau; Benoit lanciault, Cristina Araya, ismael chavez; André Messier; Hannah Dodington, Henrique Pacheco, Deborah Pacheco, Sarah Lamond, Peter Simons; Michel Letendre; Eric Gingras (Observé 10 journées différentes)

  • Le 19 décembre: Ch du 2 Ruisseau, Calixa-Lavallée CA-QC 45.73320, -73.26387, nb. max: 1 . Observateur.s: Jean-François Giroux, Éveline Landa

  • Le 29 décembre: Ile aux Asperges, nb. max: 1 . Observateur.s: Jean-Sébastien Guénette


PETIT-DUC MACULÉ, Megascops asio

  • Du 7 février au 28 février: Arboretum, Parcs de la Frayère et des Voiles, nb. max: 1 . Observateur.s: Hubert Poulin-Therrien; Allan Bigras; Anne Robillard, Alain Cogliastro; Suzanne Cholette; Michel Guérin (Observé 4 journées différentes)

GRAND-DUC D’AMÉRIQUE [VIRGINIANUS], Bubo virginianus [virginianus Group]


HIBOU MOYEN-DUC, Asio otus


MARTIN-PÊCHEUR D’AMÉRIQUE, Megaceryle alcyon

  • Du 14 décembre au 31 décembre: Bassin de Chambly, nb. max: 1 . Observateur.s: Olivier Barden; Vincent Sévigny; Pierre Bergeron (Observé 3 journées différentes)

PIC MACULÉ, Sphyrapicus varius

  • Le 19 janvier et le 15 février: Ile Goyer, nb. max: 1 . Observateur.s: André Messier, obsr2195461, Loisirs ornithologiques Montérégien; André Messier

PIC À VENTRE ROUX, Melanerpes carolinus

  • Du 5 janvier au 7 janvier: Ile Goyer, nb. max: 1 . Observateur.s: Hélène Hamel; André Messier, obsr2195461, Loisirs ornithologiques Montérégien; David Stobbe (Observé chaque jour)

ROITELET À COURONNE DORÉE, Regulus satrapa


GRIVE SOLITAIRE, Catharus guttatus


MERLE D’AMÉRIQUE [MIGRATORIUS], Turdus migratorius [migratorius Group]


GROS-BEC ERRANT, Coccothraustes vespertinus


ROSELIN POURPRÉ, Haemorhous purpureus

  • Le 29 décembre et le 14 février: Cour, Boucherville, nb. max: 3 . Observateur.s: Andrée Duval; Jean-François Giroux, Éveline Landa

  • Du 22 janvier au 8 février: Chez-nous Ste-Julie de Verchères, nb. max: 1 . Observateur.s: Guy Paquin; Sylvie Martel / Gaétan Giroux (Observé 3 journées différentes)

  • Le 27 février: Parc Michel-Chartrand, nb. max: 1 . Observateur.s: France de Villers


SIZERIN BLANCHÂTRE (HORNEMANNI), Acanthis hornemanni hornemanni

  • Le 27 février et le 28 février: Home1, nb. max: 1 . Observateur.s: Jennifer A.

BEC-CROISÉ DES SAPINS, Loxia curvirostra


BEC-CROISÉ BIFASCIÉ, Loxia leucoptera

  • Le 13 décembre: Ile Demers, nb. max: 10 . Observateur.s: Hélène Hamel

  • Le 14 décembre: Barrage, Chambly, nb. max: 1 . Observateur.s: Olivier Barden

  • Du 14 décembre au 6 février: PN du Mt-St-Bruno, nb. max: 30 . Observateur.s: Sylvie Martel / Gaétan Giroux; Samuel Denault (Observé 4 journées différentes)

  • Du 18 décembre au 16 février: Longueuil Rue Dupont, nb. max: 20 . Observateur.s: Jean Crépeau, Sylvie Cournoyer; Darlene Harvey; Marieta Manolova (Observé 5 journées différentes)

  • Du 29 décembre au 14 février: Cour, Boucherville, nb. max: 20 . Observateur.s: Andrée Duval; Cristina Araya, ismael chavez; Michel Grégoire; David Bird; Benoit lanciault, Cristina Araya, ismael chavez; Louis Lemay; Marieta Manolova; Jean-François Giroux, Éveline Landa (Observé 7 journées différentes)

  • Le 7 février: PN des Îles-de-Boucherville (incluant Île Charron), nb. max: 1 . Observateur.s: Andy Bernard, Alyssa DeRubeis


PLECTROPHANE LAPON, Calcarius lapponicus


BRUANT À COURONNE BLANCHE, Zonotrichia leucophrys


VACHER À TÊTE BRUNE, Molothrus ater


QUISCALE BRONZÉ, Quiscalus quiscula

  • Le 5 février: PN du Mt-St-Bruno, nb. max: 1 . Observateur.s: Sylvie Martel / Gaétan Giroux





Nouvelles espèces

Nouvelles espèces pour la région visée (toutes saisons incluses). Consulter la section Espèces rares pour les détails sur les nouvelles espèces observées, le cas échéant.

Les hybrides, les oiseaux identifiés uniquement à leur genre (p. ex. Calidris sp.) ou à d’autres groupes plus larges (famille, ordre,.) ont été exclus.

Nouvelles espèces au Québec:

aucune

Nouvelles espèces dans le territoire du club:

Oriole de Bullock





Oiseaux hâtifs

Ce tableau présente, pour chaque espèce, la date la plus hâtive d’observation dans la région visée, pour la saison. À l’hiver ou au printemps, seules les espèces estivales (p. ex., parulines) ou les migrateurs de passage (p. ex., limicoles) sont considérées, et le mois de décembre est exclu à l’hiver. À l’été, les dates hâtives sont calculées pour le mois de juillet, seulement pour les migrateurs de passage, au sud du 49e parallèle. À l’automne, les mentions hâtives n’incluent que les espèces hivernales, au sud du 49e parallèle. Gardez en tête que des records plus extrêmes peuvent se produire aux saisons adjacentes. Cette liste n’inclut pas les espèces “sensibles” (déterminées par eBird): Chouette épervière, Chouette lapone, Faucon gerfaut.




Les oiseaux les plus hâtifs, hiver 2021 ( COL )

Cliquez sur les noms d’observateurs pour visualiser les listes dans eBird.6






Oiseaux tardifs

Ce tableau présente, pour chaque espèce, la date la plus hâtive d’observation dans la région visée, pour la saison. À l’hiver, seules les espèces estivales (p. ex., parulines) ou les migrateurs de passage (p. ex., limicoles) sont considérées, au mois de décembre seulement. Au printemps, les mentions tardives n’incluent que les espèces hivernales, au sud du 49e parallèle. À l’été, les dates tardives sont calculées pour le mois de juin, seulement pour les migrateurs de passage et les hivernants, au sud du 49e parallèle. À l’automne, les mentions tardives n’incluent que les espèces estivales ou les migrateurs de passage, au sud du 49e parallèle. Gardez en tête que des records plus extrêmes peuvent se produire aux saisons adjacentes. Cette liste n’inclut pas les espèces “sensibles” (déterminées par eBird): Chouette épervière, Chouette lapone, Faucon gerfaut.




Les oiseaux les plus tardifs, hiver 2021 ( COL )

Cliquez sur les noms d’observateurs pour visualiser les listes dans eBird.7






Grands nombres

Ce tableau présente, pour chaque espèce, le plus grand nombre rapporté dans une liste dans la région visée, pour la saison. Toutes les mentions avec nombre indéterminé ou égal à un sont ignorées. Cette liste n’inclut pas les espèces “sensibles” (déterminées par eBird): Chouette épervière, Chouette lapone, Faucon gerfaut.




Les plus grands nombres, hiver 2021 ( COL )

Cliquez sur les nombres d’maximaux pour visualiser les listes dans eBird.8